Paire de bergères d’apparat attribuables à Marcion, Paris époque Empire

Paire de bergères d’apparat attribuables à Marcion, Paris époque Empire

Sièges

Epoque : XIXe siècle

Style : Empire

Dimensions :
Largeur : 65 cm
Hauteur : 96 cm
Profondeur : 65 cm

Etat : À rénover


Description :

Rare paire de larges bergères d’apparat en bois de hêtre laqué beige et rechampi doré.
Modèle inspiré des créations antiques Gréco-Romaines et remis au gout du jour par les dessins de Charles Percier et Pierre François Léonard Fontaine .
Dossiers droit à larges cannelures raccordés à des accotoirs en rouleaux par des fleurs de lotus.
Les montants avant en forme de pilastres décorés de palmettes et terminés par des pieds fuseaux ornés de bagues d’acanthe.
La ceinture avant fortement cintrée et finement sculptée d’une frise de fleurettes.

Laque, dorure et tissus d’origine.

Tapisserie et garniture à restaurer.

Une des deux portant une marque en laque beige «  Wagret » à l’intérieur d’une ceinture.

Travail Parisien du début de l’époque Empire vers 1805 attribuable à Pierre Benoit Marcion.

Hauteur : 96 cm ; Largeur : 65 cm , Profondeur : 65 cm

Notre avis:

Nos deux bergères présentées « dans leurs jus » ont été tapissé avec des garnitures de fauteuils probablement depuis l’origine, aucune trace antérieure n’étant visible.

Outre la rareté de la forme et la polychromie d’origine de nos sièges, la garniture d’époque en tapisserie est assez exceptionnelle.
Aigles impériaux, mufles de lions, chimères et palmettes sur fond vert pâle encadrent des scènes des fables de la Fontaine sur fond crème.
Il s’agit d’un travail de la manufacture nationale de Beauvais, réouverte par Napoléon en 1804.

Ces bergères sont attribuables à Pierre-Benoit Marcion.

Les motifs décoratifs en stuc doré comme les rosaces, les frises de fleurettes et les palmettes bien spécifiques sont récurrentes dans son oeuvre, tout comme les pieds à bagues d’acanthes et la laque beige à rechampi d’or qu’il affectionnait tout particulièrement.

On peut notamment retrouver ces motifs décoratifs dans les recueils de la manufacture de joseph Beunat qui commercialisait toutes sortes d’ornements en « mastic-pierre » et dont nous savons qu’il fournissait Pierre-Benoit Marcion.

Très apprécié et produit par Marcion et Jacob Desmalter avec quelques variantes ce modèle de fauteuil sert dans la salle à manger de Fontainebleau, pour l'ameublement de la chambre à coucher de Napoléon et du troisième salon de l'Impératrice à Compiègne, ainsi qu'au salon du Conseil à La Malmaison ou dans le salon du Grand Trianon. En 1808, le dessin du pied postérieur de notre fauteuil, attribué à Charles Percier et à Pierre-François-Léonard Fontaine, est repris pour le mobilier de la chambre de Napoléon Ier aux Tuileries. Napoléon pose avec ce type de siège pour Ingres (1804) et pour le baron Gérard (1812). Le fauteuil sert également de modèle pour des portraits de Marie-Louise et du roi de Rome (1813), ou de la reine Hortense et de son fils (1807).


Pierre-Benoit Marcion (1769-1840) est un ébéniste Français qui livre des consoles, commodes, psychés , lavabos… mais aussi de nombreux sièges pour les palais impériaux des Tuileries, de Fontainebleau, Compiègne, Trianon, St Cloud, Rambouillet, Laeken, Pavillon Monceau, Monte-cavallo, Versailles ainsi que pour le Sénat.
Il est avec Jacob Desmalter et Bellangé l’un des principaux fournisseurs de la famille impériale.
Le journal du garde meuble nous informe : « Monsieur Marcion est un des ébénistes de Paris qui fait établir les meubles avec le plus de perfection »
Il arrête sa carrière en 1817.

La marque « Wagret » n’est pas identifiée avec certitude mais la manière et l’endroit ou elle est apposée nous renvoie à une marque de tapissier.
Elle pourrait correspondre à Alexandre Maigret ( 1775-1826) qui fut tapissier et négociant en sièges pour le garde meuble impérial.
En effet à cette époque, la prononciation phonétique primait sur l’orthographe, Marcion étant par exemple écrit tour à tour Marcillon, Mansion ou Marcion dans le journal officiel du garde meuble.

Bibliographie :

« Marcion ébéniste de Napoléon », Jean Pierre Planchon, éditions Monelle Hayot

Nous contacter

Téléphone :

Nom* :

E-mail* :

Message* :

(* champs obligatoires)

Produits similaires