Secrétaire au buste de Louis XV, G.Kemp à Paris vers 1775

Secrétaire au buste de Louis XV, G.Kemp à Paris vers 1775

Secrétaire

Epoque : XVIIIe siècle

Style : Louis XVI

Dimensions :
Largeur : 85 cm
Hauteur : 136 cm
Profondeur : 40 cm

Etat : Superbe état


Description :

Rare et important secrétaire droit à larges pans coupés ouvrant par un tiroir et un abattant en partie haute et deux vantaux en partie basse en marqueterie d’amarante, bois de rose, houx, ébène, buis, sycomore au naturel, sycomore teinté vert et teinté bleu.
Les trois faces présentent un riche décor en marqueterie dite « à la reine » de quatre-feuilles séparés d’un treillis polychrome sur fond tabac et encadrés de faisceaux à enroulement de feuilles et écoinçons en rosaces.
Au centre de l’abattant, dans un médaillon délimité par une guirlande de laurier, une allégorie de la sculpture travaillant sur le buste de Louis XV d’après un tableau de Carle Van Loo. *
Sur les vantaux du bas toujours dans des médaillons, deux trophées de guerre mêlant lances, faisceaux de licteurs, boucliers, trompettes, drapeaux, branches d’olivier et de laurier noués par des rubans. 
L’abattant dévoile un cuir vert anis et un intérieur luxueusement plaqué de bois de rose sur fond d’encadrements en amarante.
Il se compose de quatre casiers et six petits tiroirs ornés d’une délicate marqueterie florale polychrome ; un des tiroirs faisant office d’encrier.
Les deux vantaux en partie basse dont les revers en bois de rose et amarante sont plaqués en ailes de papillons, découvrent trois tiroirs sur deux rangs.
Riche ornementation de bronzes d’origine dorés au mercure dont une frise de godrons soulignant le dessus de marbre, une autre protégeant les arrêtes de la corniche basse, frise ajourée sur le tiroir du haut et les cotés, grattoirs et mufles de lions sur les pans coupés.
Ces bronzes dont les pattes sont nouées en dessous des mufles symbolisent la dépouille du lion de Némée, vaincu par hercule.
Ils sont similaires aux mufles de lion présents sur une paire de flambeaux de Pierre Gouthière (1732-1813) vente Hotel des ventes de Genève. Lot 599 vente Mars 2017.
Dessus de marbre d’origine « Brêche d’Alep » mouluré d’un bec de corbin.

Estampille G.Kemp et poinçon de jurande JME .

Trés bon état de conservation, clés et serrures d’époque, petites restaurations d’usage à la marqueterie et dans les fonds.

Travail de Guillaume Kemp à Paris vers 1775.

Hauteur : 136 cm ; Largeur : 85 cm ; Profondeur : 40 cm


Guillaume Kemp, ébéniste d’origine Allemande est reçu maitre à Paris le 3 Octobre 1764.
Installé au faubourg St Antoine, il épouse la soeur des frères ébénistes Péridiez en 1757.
Artiste adroit et soigné, ses oeuvres essentiellement de style Transition et Louis XVI, aux lignes classiques et bien proportionnées, sont toujours de trés bonne qualité, aux finitions parfaites. 
(Pierre Kjelleberg, le mobilier Français du 18ème siècle )

Oeuvres dans les musées :

-Chiffonnier Louis XVI à neuf tiroirs - Musée Lambinet - Versailles

-Secrétaire Louis XVI - Metropolitan Museum - New York

-Bureau à cylindre Louis XVI en acajou - Museum für Kunsthandwerk - Francfort

* L’oeuvre représentée sur l’abattant de notre secrétaire est une copie d’un tableau de Carle Van Loo (1705-1765) issue d’une série de quatre allégories des arts ( sculpture, peinture, musique, lecture).
Commanditée par Mme de Pompadour vers 1752, cette série, présentée à l’académie royale de peinture ornait le salon de compagnie de son château de Bellevue à Meudon, propriété construite et offerte par le roi Louis XV à sa favorite.
Les quatre tableaux se trouvent aujourd’hui au musée de la légion d’honneur de San Francisco. (USA)

Notre avis:

Avec sa marqueterie aussi dense que précise et sa polychromie délicate, Guillaume Kemp nous livre son plus beau chef d’oeuvre, aux qualités largement supérieures au secrétaire conservé au Metropolitan Muséum de New York.
Il égale ici la finesse de ses deux compatriotes d'origine Allemande Jean François Oeben et Jean Henri Riesener tant son oeuvre sur bois rivalise avec celle de Carle Van Loo.
Il imite aussi à merveille ses deux confrères notamment pour les médaillons allégoriques des vantaux de notre secrétaire, clairement inspirés de ceux ornant le bureau cylindre du roi à Versailles.
Les trophées de guerre dans lesquels sont inclus des couronnes de laurier symbole de victoire, des branches d’olivier symbole de Paix, des mufles en bronze du Lion de Nemée symbole de la force ainsi que l’allégorie des arts, sont autant d’indices nous menant à une symbolique rendant hommage à un roi, tel que cela avait cours sous l’ancien régime.
Il nous semble indéniable que ce meuble fût produit en hommage au roi Louis XV, disparu le 10 Mai 1774.
L’attribution du château aux filles de Louis XV cette année là, l’importance des travaux de réaménagements et d’ameublement réalisés dans les années qui suivirent, les restes de traces de peinture noire communes aux meubles mis en berne par l’aristocratie à la mort de Louis XVI, sa découverte en Italie, terre d’émigration ou moururent Adélaide et Victoire …tout nous porte à penser à une commande royale d’un proche du roi.

Nous contacter

Téléphone :

Nom* :

E-mail* :

Message* :

(* champs obligatoires)

Produits similaires