Pendule de milieu symbolisant la Corse, époque Empire.

Pendule de milieu symbolisant la Corse, époque Empire.

Pendules

Epoque : XIXe siècle

Style : Empire

Dimensions :
Largeur : 27 cm
Hauteur : 53 cm

Etat : Superbe état


Description :

Pendule de milieu symbolisant la Corse, époque Empire.

 

Rarissime pendule en placage de pierre dure et bronze doré.

En partie haute, elle présente une chèvre corse* en bronze finement ciselé et doré, debout sur ses pattes arrières, entrain de dévorer les grappes de raisins d’un pied de vigne.

La partie basse de forme rectangulaire est plaquée de diorite orbiculaire * et cintrée d’une cornière en bronze à frises de palmettes.

La façade présente des chiffres romains et des aiguilles en bronze doré directement sur la pierre.

Le mouvement disposé à l’intérieur de la caisse est signé « Hemond à Paris »* sur la platine arrière.

Suspension d’origine à fil de soie, sonne les heures et les demies, rare remontage par l’arrière.*

 

Exceptionnelle qualité de ciselure et de dorure au mercure à double patine matte et brillante d’origine et encore particulièrement fraiche.

 

Trés bel état de conservation, petit manque au bout de la corne arrière.

 

Parfait état de marche, mouvement révisé par notre horloger.

 

Le bronze attribuable au bronzier parisien Pierre-Victor Ledure.*

 

Travail français d’époque Empire vers 1813-1815.

 

Dimensions :

 

Hauteur : 53,5 cm ;  Largeur : 27 cm

 

 

Claude Hemond , horloger parisien actif rue St Martin à Paris de 1812 à 1815.

 

Pierre-Victor Ledure, bronzier parisien actif de 1813 à 1840 rue Neuve des petits champs à Paris.

 

Elève et ami du grand bronzier André Antoine Ravrio (1759-1814) qui est témoin de son mariage en 1811, il a produit des bronzes de trés grandes qualités, sous l’empire et la restauration, obtenant de nombreuses récompenses et médailles lors des expositions des produits de l’industrie française.

Pour l’horlogerie, il a collaboré exclusivement avec Claude Hemond, signant les cadrans en émail « Ledure Bronzier et Hemond Horloger à Paris ».

 

La chèvre Corse représentée sur notre pendule est une « Capra Corsa », emblème millénaire de l’île, elle est facilement reconnaissable par ses poils longs, sa houppe, sa barbichette et ses cornes retournées.

 

 

La Diorite orbiculaire, appelée « Corsite »,  Napoléonite » ou « Petra Ucchjiata » (la pierre qui a des yeux) est une roche rarissime qui provient du petit village de Sainte Lucie de Tallano, en Corse.

C’est une roche magmatique de type gabbroique riche en feldspaths calciques.

La formation de cercles concentriques provient de la subite baisse de pression d’une « bombe de magma volante ».

Le premier bloc, fût retrouvé en 1785 à Filitosa, de forme arrondie et proche de l’alignement mégalithique, il s’agissait trés certainement d’un menhir datant du néolithique.

La découverte de cette roche eu beaucoup d’impact en métropole, si bien qu’après la révolution l’empereur Napoléon 1er lui donnera son nom.

Aimant particulièrement cette pierre qui lui rappelle son île natale, il fait rapatrier le bloc à Paris et le confie aux plus grands ateliers lapidaires afin de la transformer en objets d’art.

Ces pièces rares et trés couteuses deviennent trés vite l’apanage de la famille impériale.

Si des fouilles aux alentours du village sont lancées et permettent de retrouver d’autres fragments au milieu du 19ème siècle aucun n’a la qualité du bloc originel dont le placage de notre pendule est issue.

De nos jours, deux vases en forme d’amphore sont exposés au chateau de la Malmaison.

 

Le remontage par l’arrière de notre pendule et sa finition toutes faces, nous confirme que cette pièce n’est pas un modèle d’applique destinée à une cheminée, mais une pièce de milieu destinée à être contemplée de tout les cotés, ce qui est exceptionnel pour une pièce d’horlogerie.

 

Notre avis :

 

La pendule que nous présentons symbolise parfaitement l’île de beauté, avec une de ses plus belles merveilles minérales, la « Petra Ucchjiata » et un de ses emblèmes phares, la chèvre corse.

Cette animal endémique qui vit aussi bien dans le maquis qu’à la montagne s’adapte aux conditions les plus dures, représentant parfaitement le peuple corse et le pastoralisme qui est au 19 ème la principale ressource insulaire.

Enfin et ce n’est pas un choix anodin, cette créature qui dévore un pied de vigne est une allusion à la désobéissance et au caractère « indomptable » du peuple Corse.

La symbolique de cette pendule, véritable chef d’oeuvre des ateliers lapidaires français, ne peut se concevoir que pendant le règne de l’empereur Napoléon 1er.

Si nos recherches ne nous on pas permis de designer avec certitude l’empereur comme le commanditaire de cette oeuvre il nous apparait comme certain qu’elle fût à minima une commande de la famille impériale.

 

 

 

Nous contacter

Téléphone :

Nom* :

E-mail* :

Message* :

(* champs obligatoires)

Produits similaires